CERVEAU HUMAIN

Notion d'auto-organisation

Le concept d'auto-organisation revêt une importance doctrinale considérable. Élaboré tout d'abord dans le domaine de la cybernétique, et à l'occasion de recherches formelles, il permet de concevoir qu'il puisse exister au sein de tout système biologique une «marge de liberté» et de «créativité». Cette marge est, d'une part, variable d'une espèce à l'autre et, d'autre part, indispensable, d'une certaine façon, à la survie de toute espèce.

Atlan parle d'auto-organisation en présence de tout système ayant «la capacité d'utiliser les phénomènes aléatoires pour les intégrer dans le système et les faire fonctionner comme des facteurs positifs, créateurs d'ordre, de structures, de fonctions» (H. Atlan, 1972, p. 230). Il s'agit d'une application de la théorie de l'information à la biologie, théorie qui, avec Von Forster, avait permis d'établir le principe «d'ordre à partir du bruit».

Dans le domaine biologique et plus particulièrement s'agissant du système nerveux central, les processus d'auto-organisation sont, par définition, ceux qui n'obéissent ni à une série formelle d'instructions d'origine interne («programme génétique»), ni à une succession de stimuli externes prévus et nécessaires (programme épigénétique), ni à un apprentissage imposé en fonction de niveaux de développement du système nerveux central (on reconnaîtra là le programme scolaire). Ces processus d'auto-organisation découlent des propriétés intrinsèques du système: l'ouverture, la complexité, la redondance, la fiabilité, la compétence. Dans le cas du système nerveux central, la redondance se traduit par le fait que de nombreux éléments identiques quant à la structure et à la fonction sont interconnectés entre eux et ne sont pas tous localisés en un même lieu. Ces propriétés lui permettront, dans le cas où surviennent des perturbations aléatoires, de «rattraper l'inévitable et transitoire désorganisation», voire même de créer du nouveau par accroissement de complexité; c'est-à-dire par diminution de la redondance et augmentation des spécifications neuroniques.

C'est cette même théorie de l'auto-organisation que Prigogine a pu utiliser dans le cadre de la thermodynamique. Elle se retrouve, implicite, dans la théorie constructiviste de Piaget.

André BOURGUIGNON et Cyrille KOUPERNIK
in Encyclopædia Universalis